ACTUALITÉS

Propos offensants: La communauté chrétienne catholique du Sénégal exige des excuses publiques de Lamine Sall

La communauté chrétienne catholique du Sénégal n’a pas du tout apprécié les propos de l’imam, lors de l’émission Diiné ak diamono de Walf Tv. Soucieuse de la cohésion sociale, elle exige, via le Conseil national du laïcat, des excuses publiques du guide religieux dans la même chaine et sur la même émission. Dans le même sillage, elle invite les fidèles chrétiens à la sérénité et demande une saisine des services compétents.

La colère ne s’estompe pas. L’Eglise catholique du Sénégal est dans tous ses états, suite aux propos tenus par l’imam Lamine Sall. Hier, le Conseil national du laïcat est monté au créneau pour fustiger ces propos de M. Sall, qui est critiqué par tous les pans de la société. «La raison pour laquelle nous sommes réunis ce matin (hier), c’est qu’un certain imam Sall, le jeudi 24 février, a pour sa part élevé des propos discriminatoires, outrageants, à la limite très irrespectueux, en considérant la communauté catholique qui, dans ce pays, est reconnue pour sa probité, son honnêteté, pour être une communauté exemplaire», souligne abbé Alphonse Birame Ndour au cours d’un point de presse organisé hier à cet effet. Le curé de la paroisse Saint Paul de Grand-Yoff ne cache pas sa surprise : «En prenant cette communauté pour une communauté qui ne vaut rien et qui peut être assimilée à des mécréants et des francs-maçons, nous avons été surpris par la virulence de ces propos aussi outrageants et par leur non véracité.» Pour le Conseil national du laïcat, imam Sall est un récidiviste. Ces propos sont loin d’être un lapsus, persiste-t-il, en rappelant qu’il avait tenu les mêmes propos lors d’une émission, le 17 février, durant laquelle il a invité les «musulmans à ne collaborer sous aucune forme avec les chrétiens qu’il traite de mécréants, de francs-maçons et de tous les noms d’oiseaux».
Ces propos «confortent» le Conseil national du laïcat dans sa certitude que «les fondements de notre Nation sont en danger et que son unité est plus que jamais menacée par des personnes qui foulent aux pieds notre charte fondamentale». D’après Philippe Abra­ham Birame Tine, le président du Conseil national du laïcat, les mots de Sall «ont secoué notre barque commune, le Sénégal, en remettant en cause les valeurs qui ont façonné et fondé notre Nation, traduites par notre devise : «Un peuple, un but, une foi»». Selon lui, cette sortie est nécessaire. «C’est pourquoi nous avons tenu à mettre les choses au point, en vous (les médias) demandant de relayer ceci pour qu’aucun pays n’en ignore», indique l’abbé Alphonse Birame Ndour. Le curé de la paroisse de St Paul rappelle que «personne n’a intérêt que ce pays brûle». «Nous avons intérêt à sauvegarder l’unité et la cohésion telles que nous les avons héritées de nos ancêtres. Et c’est cela que nous devons laisser comme legs aux générations à venir», rappelle-t-il.
Evidemment, il se réjouit des réactions outrées des Séné­galais et du Cnra, qui a mis en demeure Walf Tv. En revanche, le Conseil national du laïcat interpelle le chef de l’Etat, gardien de la Constitution et garant de l’équilibre du pays. «Face à de telles dérives, nous exigeons désormais une saisine sans délai des services compétents dont le professionnalisme n’est plus à démontrer», demande le Conseil national du laïcat. Quid de l’imam ? La communauté chrétienne catholique du Sénégal «exige aussi qu’il présente ses sincères excuses pour montrer sa bonne foi à travers le même média et la même émission, conformément à la mise en demeure du Cnra». «Nous souhaitons, comme le Cnra l’a dit à Walf, le média en question, que l’imam revienne dans cette émission et présente des excuses publiques non pas seulement à la communauté chrétienne, mais aussi au Sénégal en entier parce qu’il n’a pas seulement offensé les chrétiens, il a aussi offensé les musulmans, les adeptes de la religion chrétienne et la Nation. Qu’il ait l’humilité de revenir et reconnaître son tort», conseille abbé Alphonse Ndour. Mal­gré «cette at­teinte à la liberté de la religion», le Conseil national du laïcat invite les fidèles chrétiens à la sérénité, à l’image de «notre Seigneur Jésus-Christ afin, d’éviter de verser dans la légèreté».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page