A LA UNEACTUALITÉS

RDC : 2 soldats sud-africains de la SADC tués par un tir au mortier

Deux soldats sud-africains ont été tués et trois autres blessés lorsqu’un mortier a atterri sur leur base dans l’est de la République démocratique du Congo, dans un contexte de troubles croissants dans la région, ont annoncé jeudi les forces armées sud-africaines.

La South African National Defense Force, qui supervise l’ensemble des forces armées du pays, a déclaré qu’elle pensait que l’explosion du mortier mercredi était le résultat d’un « tir indirect » et qu’une enquête était en cours pour déterminer les responsables.

L’Afrique du Sud a envoyé des soldats au Congo dans le cadre de la mission de la Communauté de développement de l’Afrique australe visant à lutter contre les groupes rebelles armés dans l’est du pays.

L’Afrique du Sud a annoncé cette semaine l’envoi d’un nouveau contingent de 2 900 soldats dans l’est du Congo. Il n’a pas été possible de déterminer immédiatement si les personnes tuées ou blessées faisaient partie de ce nouveau déploiement.

La base touchée se trouvait dans la province du Nord-Kivu, a déclaré Siphiwe Dlamini, porte-parole de la Force de défense nationale sud-africaine. Les blessés ont été transportés dans un hôpital de la ville de Goma.

La violence dans la région touchée par le conflit s’est accrue ces dernières semaines, de nombreuses personnes attribuant les attaques au groupe rebelle M23 qui combat les soldats congolais dans la région depuis des années.

Le gouvernement congolais affirme que le M23 reçoit un soutien militaire du Rwanda voisin, ce que le Rwanda nie.

Mais le M23 a indiqué dans des déclarations récentes qu’il était en train de réaliser une nouvelle avancée dans l’est du Congo, ce qui fait craindre que le groupe ne vise à nouveau Goma, dont il s’est emparé il y a dix ans.

Selon les organisations humanitaires, plus d’un million de personnes ont été déplacées par le conflit depuis novembre. Ce chiffre s’ajoute aux 6,9 millions de personnes qui ont déjà fui leur foyer dans le cadre de l’une des plus graves crises humanitaires au monde.

Jeudi, le Conseil norvégien pour les réfugiés a déclaré que la récente avancée des groupes armés vers la ville clé de Sake, près de Goma, « constitue une menace imminente pour l’ensemble du système d’aide » dans l’est de la RDC.

« L’isolement de Goma, où vivent plus de 2 millions de personnes et qui accueille des centaines de milliers de personnes déplacées ayant fui les affrontements avec les groupes armés, aurait des conséquences désastreuses pour la région », a déclaré le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page