ACTUALITÉSCONTRIBUTIONSPORTS

Réformer en Profondeur le Paysage Sportif Sénégalais : Une Nécessité pour un Avenir Prometteur. Par Ndiawar Diop

Oui pour réformer la Politique Sportive du Sénégal pour une Renaissance Athlétique !

Depuis des décennies, le Comité National Olympique et Sportif Sénégalais (CNOSS) a été le pivot de nombreuses discussions critiques quant à son efficacité en tant que représentant du Sénégal au sein du Comité International Olympique (CIO) et en tant que fédérateur des diverses disciplines sportives nationales. Pourtant, malgré des investissements massifs, tant sur le plan financier que sur le plan humain, les résultats tardent à se matérialiser. Cette stagnation est particulièrement notable dans les disciplines autres que le football, qui peinent à acquérir une reconnaissance mondiale.

La récente transition politique sous le gouvernement de Macky Sall offre une opportunité cruciale de réexaminer le paysage sportif sénégalais. Il est impératif de ne pas permettre aux mastodontes du sport sénégalais, qui ont montré leurs limites, de continuer à dominer le secteur. Le statu quo n’est pas une option viable ; il faut mettre en œuvre des réformes radicales pour construire un avenir sportif plus prometteur.

Les critiques à l’égard du CNOSS sont nombreuses et légitimes. Son rôle en tant que catalyseur du développement sportif est remis en question, avec des accusations de mauvaise gestion des ressources et d’inefficacité généralisée. Les présidents de fédérations, membres du CNOSS, sont souvent issus de disciplines en déclin, incapables de faire émerger des talents internationaux dans leurs domaines respectifs.

Il est temps d’agir. La nouvelle ministre en charge du sport doit être pleinement consciente de ces enjeux et s’engager à entreprendre des réformes audacieuses. Tout d’abord, il convient de revoir la gouvernance du CNOSS et des fédérations sportives, en favorisant la transparence, la responsabilité et la démocratie. Les dirigeants sportifs doivent être élus sur la base de leur mérite et de leurs réalisations, et non pas en fonction d’allégeances politiques ou de connexions personnelles.

Parallèlement, le ministère du Sport doit jouer un rôle plus actif dans la supervision et la coordination des activités sportives à travers le pays. Des investissements stratégiques dans la formation des entraîneurs, le développement des infrastructures et la promotion de la pratique sportive à tous les niveaux sont essentiels pour stimuler la croissance de toutes les disciplines.

Si le football maintient une certaine renommée internationale, les autres disciplines souffrent d’un manque de visibilité et de succès sur la scène mondiale.
Les dirigeants sportifs traditionnels, souvent issus de disciplines en déclin, doivent céder la place à une nouvelle génération de leaders, des vrais sportifs qui ont porté fièrement les couleurs nationales sur la scène internationale.

Pour construire un avenir athlétique solide pour le Sénégal, il est essentiel d’investir dans la formation et le soutien des jeunes talents, de développer des infrastructures sportives de qualité et d’encourager la participation à toutes les disciplines, pas seulement au football.

En outre, il est impératif d’encourager la participation des vrais sportifs dans la gouvernance sportive. Ce sont eux qui comprennent les défis et les opportunités auxquels sont confrontés les athlètes sur le terrain. Leur voix doit être entendue et valorisée dans les processus décisionnels.

La réforme de la politique sportive du Sénégal doit être une priorité pour le nouveau gouvernement, c’est-à-dire revoir en profondeur les structures obsolètes comme le CNOSS, souvent critiqué pour sa gestion opaque et son manque d’impact concret sur le développement sportif. Plutôt que d’être des gouffres financiers, ces structures doivent être des moteurs de croissance pour toutes les disciplines sportives.

La politique sportive du Sénégal est à un tournant critique. Pour construire un avenir sportif plus inclusif, compétitif et durable, des réformes profondes sont nécessaires. En éliminant les structures qui ont duré sans aucun résultat concret et en donnant la voix aux vrais sportifs, le pays peut espérer une renaissance athlétique qui bénéficiera à tous, des athlètes émergents aux passionnés de sport en général.

En mettant fin definitivamente aux pratiques nébuleuses et nauséabondes de certaines structures sportives, le Sénégal peut espérer une renaissance sportive qui bénéficiera à tous les niveaux de la société.

Par Ndiawar Diop
Www.ndiawardiop.com
#ndiawardiop #jawarjobe #sunukerfm #follower #sport #sportsenegal

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page