A LA UNEACTUALITÉS

Sédhiou – camp de chirurgie pour enfants en situation de vulnérabilité le centre hospitalier et l’ONG AMREF redonnent le sourire aux mômes

Au moins une trentaine d’enfants en situation de vulnérabilité ont bénéficié des soins opératoires pour diverses pathologies dont essentiellement celle pariétale, selon l’équipe du professeur Gabriel Ngom, chirurgien pédiatre. C’est une initiative du centre hospitalier régional de Sédhiou, avec l’appui financier de l’ONG AMREF. Ce camp de chirurgie pédiatrique de quatre jours prend fin ce jeudi 15 février, informe la Direction de l’hôpital.

Ce camp de chirurgie pour enfants âgés d’un à quatorze (1 à 14) ans est une réalisation du centre hospitalier régional Amadou Tidiane Ba de Sédhiou, avec l’accompagnement financier de l’ONG AMREF, pour assouvir la forte demande sociale des couches vulnérables. «L’objectif est de consulter 30 enfants avec depuis la consultation du chirurgien jusqu’à l’hospitalisation sans oublier la prise en charge en médicaments et le bilan ainsi que le kit opératoire. Donc c’est une prise en charge gratuite sur l’ensemble du processus. Nous avions déjà identifié les patients et avec l’appui du partenaire, ces patients ont été pris en charge au niveau local», a déclaré Ousmane Seck Dam, le directeur de cet hôpital.

Les pathologies les plus courantes et ayant fait l’objet d’une intervention chirurgicale sont de nature pariétal appelé hernie. C’est ce qu’a fait savoir Pr Gabriel  Ngom, chirurgien pédiatre et chef de l’équipe dépêchée par AMREF. «Les patients présentent différentes pathologies qui touchent les différents organes. Et les pathologies prédominantes sont essentiellement d’ordre pariétal c’est-à-dire les hernies. Je tiens à rappeler que AMREF a beaucoup fait dans le domaine de l’humanitaire. Cela permet de régler la question de l’équité en matière de santé. L’objectif global c’est 60 personnes dans les régions de Sédhiou et Kolda mais c’est sûr que ce sera bien au-delà», a indiqué Dr Ngom à la presse.

Rappelant les missions caritatives de l’ONG AMREF en direction des couches vulnérables, Mansong Touré, le chargé de programme de Sédhiou et Kolda de AMREF, relève que cette action s’inscrit dans la décentralisation des soins de santé. «Il s’agit pour nous de contribuer à la réduction de la mortalité et à la morbidité des enfants d’un an à quatorze ans par une décentralisation des soins de santé. Nous intervenons au niveau des écoles et jusqu’au niveau le plus bas de la pyramide sanitaire». Et Mansong Touré de poursuivre : «pour les deux camps que nous venons d’organiser à Sédhiou et Kolda, nous en sommes à 18 millions de FCFA».

Les bénéficiaires ne s’en portent que mieux. «Je m’appelle Arona Savané, j’habite Koussy et j’ai amené mon enfant qui a bénéficié des soins opératoires nécessaires, sans bourse déliée. Je remercie grandement AMRE». Awa Bodiang, une dame qui a également accompagné sa fille salut cette initiative et exprime «sa joie de voir son enfant recouvrer sa santé».

A signaler que l’ONG AMREF intervient dans la région de Sédhiou depuis 2011, à travers des projets et programmes qui visent à abréger la souffrance des communautés de base de la région. Ce camp qui a démarré lundi prend fin ce jeudi.

Moussa DRAME

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page