Sports

SOUTIENT AUX ASC ET PARRAIN DES FINALES DE LA ZONE 1 DE FATICK : Maïssa Mahecor Diouf perpétue «sa tradition»!

La zone 1 de Fatick ne pouvait pas trouver meilleur parrain pour ses finales. Maïssa Mahecor Diouf, directeur général de la SAFRU SA, a été choisi par le mouvement navetane de la capitale du Sine pour parrainer ses finales aussi bien en catégories cadettes qu’en seniors. Ainsi, une fête de la jeunesse s’est tenue le samedi 19 novembre dans l’antre de Massene Sene, le stade communal de Fatick. En cadets Sangomar a remporté le trophée devant Pastef alors qu’en juniors seniors le même Pastef a terrassé le puissant Garmi du Sine.

Comme à son habitude, Maissa Mahecor Diouf a fait honneur à sa réputation en apportant un soutien considérable au navetane de sa commune. Une mise d’un million francs CFA accompagnée d’un trophée a été dégagée pour le vainqueur entre les Asc Garmi dû Sine et Pastef qui étaient aux prises chez les Seniors. Tandis que le vaincu rentre avec une enveloppe de 700000 francs CFA. 

Comme dans les joutes nationales et internationales, Maissa a distingué également le meilleur buteur du tournoi en octroyant un trophée et un équipement à l’athlète le plus adroit et le plus prolifique.



Chez les cadets, l’équipe gagnante entre Sangomar et Pastef a empoché 250000 francs CFA et un trophée alors que la perdante se console avec 150000 francs CFA. Mieux encore, le parrain a pensé aux autres Asc qui n’ont pas eu la possibilité de se hisser au niveau ultime de la compétition du national populaire. Dix sept jeux de maillots, équipements complets et autant de ballons, équivalent au nombre de clubs, ont été offerts par le parrain. La commission centrale des arbitres a, par ailleurs, eu son lot de récompenses composées essentiellement de maillots, chronos, sifflets, drapeaux et cartons. 

Des gestes de ce genre sont devenus une marque de fabrique chez le jeune responsable politique, Maïssa Mahecor DIOUF. Dans son fief, il est même perçu comme un bienfaiteur pour la jeunesse, un mécène pour l’école publique, et un solide rempart pour les structures de santé. Sans parler de son accompagnement continue aux côtés des couches défavorisées. 

En permettant aux jeunes de Fatick de communier à l’occasion de ses finales, le parrain perpétue une vieille habitude qui en fait aujourd’hui l’interlocuteur, l’allié et le soutien a tout instant des jeunes de sa ville.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :