A LA UNEACTUALITÉSAFRIQUE

Terrorisme: Un Sénégalais arrêté au Bénin, son père veut son rapatriement

Terrorisme: Un Sénégalais arrêté au Bénin, son père veut son rapatriement

Il est en prison depuis bientôt 2 ans. Arrêté à Kandi au Bénin en août 2020, Jacques Narcisse Codé Thiaw croupit toujours dans les geôles du Bénin. Son père réclame son rapatriement.

Emigré au Bénin, le jeune Sénégalais Jacques Narcisse Codé Thiaw est incarcéré pour une affaire de terrorisme. Dans une prison à Cotonou, il vit une situation alarmante qui pousse ses parents à demander son rapatriement. Parti en émigration au Bénin, le jeune Sénégalais de 33 ans, Jacques Narcisse Codé Thiaw, est passé par la Libye avant d’atterrir au Bénin, précisément dans la ville de Cotonou en août 2020. A la recherche d’une vie meilleure, le jeune originaire de Thiès n’a pas eu la chance de faire fortune. Il a même été mis en prison pour une sombre histoire de terrorisme.

L’homme qui s’est converti à l’Islam sous l’influence d’un guide religieux sénégalais, aujourd’hui décédé, n’a pas encore été jugé pour les faits qui lui sont reprochés. Sa détention préventive a même été prolongée  de six mois en janvier dernier.

Arrêté avec plusieurs autres personnes, il a été placé en détention dans une prison de la capitale béninoise. A trois jours de la Tabaski de cette année-là, les parents de Jacques seront informés de sa situation. Inquiets, ils ont depuis lors entamé des démarches auprès des autorités étatiques du Sénégal pour que la sécurité de leur fils soit assurée. Ce n’est pas le cas, parce qu’après quelque temps, les parents du jeune Sénégalais sont informés qu’une violente bagarre à ladite prison a causé de graves blessures à leur fils. Depuis ce jour-là, la famille Thiaw court derrière l’État afin que Jacques puisse être rapatrié vivant au pays.

Une chose qui tarde à se réaliser. Face à cette situation, le père de l’émigré, Mathieu Thiaw déclare : «Depuis deux ans, mon fils est en prison au Bénin. Sa vie est en danger.» Depuis qu’on lui a annoncé la détention de son fils, Mathieu Thiaw fait tout pour le faire revenir au pays. Il a dit avoir rencontré toutes les autorités compétentes pour leur demander de l’aide. «Je me suis rendu au ministère des Affaires étrangères où j’ai rencontré le conseiller technique du Secrétaire d’État des Sénégalais de l’extérieur. Celui-ci m’avait orienté vers d’autres autorités, mais sans succès. J’ai aussi écrit au Président Macky Sall et à la Première dame Marième Faye Sall, mais je n’ai toujours pas de réponses. Ils n’ont toujours pas réagi alors que tout ce que je veux, c’est savoir réellement les raisons pour lesquelles mon fils est détenu à Cotonou et demander son rapatriement, parce qu’il n’est pas en sécurité là-bas. Un fils du pays est en train de souffrir au Bénin. Depuis trois jours, j’essaie de le joindre, mais j’y n’arrive plus. Je ne sais pas s’il est mort ou pas parce qu’il est actuellement à l’hôpital», s’est indigné Mathieu Thiaw.

Poursuivant, ce père désespéré signale que son fils l’a récemment appelé pour lui dire qu’il est gravement blessé, suite à une bagarre dans la prison. «Mon fils est gravement blessé. Au cours d’une bagarre, on lui a asséné des coups de bâton à la tête. Il s’était évanoui et, à son réveil, on a constaté que du sang coulait de ses yeux. C’est une garde pénitentiaire qui m’a dit qu’il n’arrive même plus à voir. Il est en train de souffrir à l’extérieur du pays», pleure M. Thiaw. «Qu’il soit coupable ou non, je pense que ce n’est pas important. Ce qui importe, c’est de comprendre qu’il est un Sénégalais en danger qui a besoin d’être tiré d’affaires. Mon fils n’est pas un terroriste. C’est quelqu’un que j’ai éduqué dans la foi chrétienne. Il était parti à la quête d’une vie meilleure, car il n’a pas trouvé un emploi au Sénégal. Je n’étais pas au courant de ce voyage. C’est un jeune qui a voulu réussir. J’ai mal quand je pense qu’il souffre dans un autre pays. Aidez-moi à récupérer mon fils. N’attendez pas qu’il meurt là-bas pour aller le rapatrier. Je veux le voir vivant», implore M. Thiaw.

MADA NDIAYE

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page