SOCIETE / FAITS DIVERS

Un charretier viole une dizaine d’élèves mineures – Rewmi.com

‘après L’Observateur, M. Kébé, 23 ans et charretier de son état, a été arrêté pour abus sexuels sur des mineures. Domicilié non loin de l’école primaire  »Baraque », il aurait abusé d’une dizaine d’élèves âgées entre 9 et 14 ans. Les gamines venaient se désaltérer au domicile familial du gérant d’un business de location de chaises et de bâches.

Le journal souligne que les potaches seront surprises en pleines discussions par la mère de l’une d’elles. Cette dernière tombera des nues en entendant les gamines expliquer que le charretier profitait des moments où elles venaient chez lui pour se désaltérer pour les aborder en leur proposant des pièces d’argent. Avant de les entraîner dans la chambre, à l’insu des autres membres de la famille. Certains confieront qu’il les menaçait à l’aide d’un couteau pour les déshabiller et frotter son sexe contre elle jusqu’à satisfaire sa libido.

La dame se confiera à son mari qui avise les parents d’élèves. Suite à des plaintes, M. K. I. (11 ans), A. D. (9 ans) et N. F. D. (10 ans) seront consultées par un gynécologue. Mais, les résultats de l’examen écartent toute perte d’hymen.

Appréhendé le 11 mars dernier, M. Kébé appuiera d’ailleurs sa défense sur ce point. Réfutant les abus sexuels, il avouera avoir reçu les filles chez lui pour leur offrir à boire et parfois de l’argent. Toutefois, son moyen de défense sera anéanti par l’irruption au commissariat d’une mère de famille, tenant sa fille de 14 ans. La quatrième présumée victime, Nd. C. accuse le charretier de l’avoir abusé sexuellement à deux reprises.

 

L’examen gynécologique effectué à l’hôpital Roi Baudoin révélera une « déchirure hyménale ancienne » de la mineure. Une dizaine d’autres présumées victimes se présenteront au commissariat dont l’une dans les bras de sa mère.

 

  1. Kébé sera déféré au Parquet du Tribunal de Guédiawaye pour pédophilie, attentats à la pudeur avec violence et viol sur mineures.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page