Un meeting organisé par des militants de la 25ème heure se termine par une bastonnade orchestrée par des nervis




Meeting APR / Podor : Après Dakar, les nervis sèment la désolation au Fouta
Watch this video on YouTube.
Voir la vidéo sur YouTube

Les populations et principalement les mouvements « Podor Debout » et « Fouta Tampi » avaient déjà alerté que le Fouta ne sera plus un simple faire-valoir pour politiciens en mal de popularité. Si à Matam, Farba Ngom et le ministre de la Justice Malick Sall ont peiné pour tenir leur meeting et mobiliser, il en est autrement pour Abdoulaye Daouda Diallo, un militant de la première heure de l’APR, de Cheikh Omar Hanne, Amadou Kane Diallo et autres, des militants de la 25ème heure et farouches opposants à Macky Sall, il n’y a guère longtemps. Les meetings de Boké Dialloubé et Ndioum se sont terminés en vrille.

Le « titre foncier » du président Macky Sall ne s’est-il pas transformé en simple permis d’occuper, révocable à tout moment ? Le Fouta qui a été à l’origine des premières victoires de l’Alliance pour la République et, confirmant son amour avec Macky Sall lors de la dernière présidentielle avec des scores qui on frisé par endroit les résultats de l’époque soviétique, semble vouloir actée le divorce. Et ce, pas parce que l’APR n’est plus en odeur de sainteté mais, tout simplement parce que les responsables nommés ministres, directeurs généraux, directeurs nationaux, leurs ont tourné le dos après Février 2019.

Mais qui sont réellement les responsables APR/BBY qui narguent la population à Podor ? Hormis le ministre des Finances et du Budget qui a été le seul qui était avec Macky au début de l’aventure de l’APR. Certes, il a été battu régulièrement à Boké Dialloubé et c’est avec l’avènement du président Macky Sall qu’il est devenu fréquentable politiquement à cause des sonnantes et trébuchantes.

A l’exception notoire de ce cacique, ceux qui prônent aujourd’hui le leadership de l’APR ont été les pires adversaires de Macky Sall avant 2012, sont considérés comme les véritables causes de la décadence du camp présidentiel dans le département de Podor. L’actuel ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation Cheikh Oumar Hanne est celui qui ne voulait pas que Macky Sall soit Président de la République en 2012. Ce transhumant est venu après que les vrais militants et les populations aient fait leur choix.

Même trajectoire pour Amadou Kane Diallo, un opposant irréductible de Macky Sall a été le premier à avoir subit la chasse aux sorcières sous le règne de l’APR. Amadou Kane Diallo, prédécesseur de Cheikh Omar Hanne à la tête de la commune Ndioum, a ouvert l’ère des prisons émergentes. En 2012, encore présent dans les rangs du PDS, il avait mené la guerre contre ses parents agriculteurs et éleveurs qui avaient choisi Macky Sall.

La pléthore de directeurs généraux de sociétés publiques qui ont bénéficié des largesses de Macky Sall de 2012 à nos jours, étaient il n’y a guère longtemps de véritables pourfendeurs de l’APR. Ce sont ces ministres et directeurs généraux qui, pour donner des gages de fidélité au Président Macky Sall, ont initié des meetings où des populations opposées aux dépenses mirobolantes en pleine pandémie. À l’occasion, des nervis recrutés depuis Dakar, ont encore fait preuve de violence inouïe sur les jeunes comme ce fut le cas il y’a quelques semaines un peu partout au Sénégal lors de l’arrestation du député Ousmane Sonko.




Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.