SOCIETE / FAITS DIVERS

Urgent: Abdou Khadre Sakho, Journaliste De Senego Placé En Garde à Vue Pour Diffusion De Fausses Nouvelles

Abdou Khadre Sakho, journaliste au site d’informations Senego, est placé en garde à vue à la Division des investigations criminelles (DIC) pour diffusion de fausses nouvelles selon la source.

La rédaction de Senego a été surprise d’apprendre la mise en garde à vue de son journaliste Abdou Khadre Sakho par les autorités sénégalaises. Cette décision intervient après la diffusion d’une information liée à Ibrahima Sall, président de l’ASRED, concernant l’opposant Ousmane Sonko.

Les raisons de cette convocation sont liées à la diffusion d’informations considérées comme des fausses nouvelles. Plus précisément, le journaliste est dans le viseur des autorités pour avoir relayé des propos d’Ibrahima Sall, président de l’Association pour le Soutien et la Réinsertion Sociale des Détenus (ASRED). Dans un entretien vidéo accordé à Sans Limites le dimanche 13 août 2023, M. Sall aurait fait des révélations sur l’élargissement de l’opposant Ousmane Sonko.

Le reporter est également poursuivi pour actes et manœuvres de nature à jeter le discrédit sur les institutions, a ajouté la même source. Il est l’auteur d’un article portant sur les « négociations souterraines pour la libération du leader de l’ex parti PASTEF, Ousmane Sonko » publié sur le site de Senego. Il était convoqué puis auditionné pendant plusieurs heures à la DIC, selon la même source.

La rédaction de Senego, mettant en avant l’engagement et le professionnalisme de Sakho, précise qu’il s’est contenté de relayer des informations en citant leurs origines. Dans l’article en question, la rédaction souligne qu’elle n’a émis aucune affirmation pouvant justifier cette convocation. Nous lui apporterons tout le soutien nécessaire pour retrouver sa liberté.

Face à cette situation, la rédaction de Senego, sous la direction de son Directeur de publication Sidy Mbacké, déplore cette décision des autorités et affirme qu’elle mobilisera tous ses moyens légaux pour que leur confrère soit libéré dans les plus brefs délais.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page