INTERNATIONALVIDEOS

[Vidéo] Témoignage d’une militante afghane : « Je ne suis plus en sécurité, je ne serai plus libre »

Une militante des droits des femmes rencontrée par France 24 vit désormais recluse, dans la peur
À la périphérie de Kaboul, nos reporters de France 24 ont rencontré une militante des droits des femmes aujourd’hui condamnée à vivre cachée. Rencontre.

Comme beaucoup d’autres femmes en Afghanistan, une militante des droits des femmes rencontrée par France 24 est désormais condamnée à se cacher. Elle a dû quitter son domicile et, maintenant, elle a peur de sortir. Depuis 11 jours, elle n’est sortie qu’une seule fois pour acheter à manger.

Mais aujourd’hui, devant nos envoyés spéciaux, elle veut prendre la parole. Jeune entrepreneuse éduquée, elle militait pour l’alphabétisation des femmes et l’amélioration des conditions de vie des enfants. « J’ai peur pour ma vie. Les Taliban sont des extrémistes islamistes, je ne suis plus en sécurité, je ne serai plus libre. J’ai entendu toutes les histoires de ma famille et des gens qui ont vécu sous les Taliban, et ce que j’ai entendu m’effraie encore plus. »

« C’est comme si j’avais creusé ma propre tombe »

Hela, sa cousine de 21 ans, est trop jeune pour se rappeler l’époque où les Taliban étaient au pouvoir. Mais, elle n’ignore rien de leur violence. « Ils font des attentats, des explosions », explique Hela. « L’année dernière, en 2020, ils ont attaqué l’université de Kaboul. Ma camarade de classe y était. Ce jour-là, par hasard, je n’étais pas à l’université. Si j’y étais allée, moi aussi j’y aurais perdu la vie. »

Pour elle, son avenir est sacrifié. « Le premier jour où les Taliban sont arrivés à Kaboul, je ne pouvais pas respirer. Toutes mes études, tout ce que j’ai fait, c’est comme si j’avais creusé ma propre tombe. J’avais un emploi intéressant au ministère des Travaux publics, j’avais un bon salaire, de l’argent pour aider ma famille. Maintenant, je n’ai plus rien… »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page