VIDEOS

Video/Un bébé volé au centre de santé de Keur Massar

Le centre de santé de Keur Massar encore au-devant de la scène avec une histoire de bébé volé dans la nuit du samedi au dimanche. La joie de voir sa fille sous les draps du lit de la salle sud d’accouchement de la maternité du centre de santé était de courte durée pour la famille Diop. En effet, le couple Diop était loin d’imaginer que leur bébé de sexe féminin allait faire que 12h de temps avec eux, après l’accouchement Mbossé Diop le samedi 02 à 18h40 sans problème elle est transférée dans la salle 1 pour récupérer.

Son mari, Mass Diop, qui était avec elle avait fini de s’affairer sur les ordonnances, ce dernier rencontre une dame qui dit être enceinte. Ce qui n’est pas exact, car à l’entrée face aux vigiles préposés à la sécurité du centre, la présumée voleuse affirme être accompagnante d’une malade. Selon toujours Mass Diop, père du bébé qui n’a même pas un jour sur terre qu’elle est volée par une femme vers 4h du matin, qui, pour arriver à ses fins, est restée des heures sur le couloir qui mène vers la salle ou était le bébé et sa maman. «Elle a changé trois fois ses habits, j’avais vraiment pitié d’elle et je lui ai même proposée mon repas. Malheureusement pour nous, à 4h du matin, elle s’est introduite dans la chambre et demande l’enfant à ma femme, dit-elle, pour les besoins de la vaccination. J’ai levé la tête de la natte où j’étais assis, mais la voleuse portait une blouse blanche alors que tout le personnel était habillé en rose, et ses pieds étaient recouverts de poussières à force de circuler. En plus, elle a pris le couloir qui passe derrière la maternité, ce qui a augmenté mes soupçons, après quelques minutes d’attente, je prends la même direction qu’elle, mais reste introuvable. Pour échapper, la voleuse est passée par la porte dérobée à côté de la morgue dans la pénombre. À peine sortie de la douleur de l’accouchement, Mbossé Diop est foudroyée par le vol de son bébé, malgré l’assistance du médecin chef, docteur Bouna, qui, en dépit des cas positifs du covid-19 qu’il doit gérer était avec la famille. En tout cas, une enquête est ouverte par les hommes du commandant Diémé de la brigade de Keur Massar pour élucider cette histoire invraisemblable.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page