Trafic de cocaïne en Guinée : Qui sont ces hauts gradés impliqués ?




CONAKRY-Un peu plus d’un mois après sa mise en place, la commission rogatoire a présenté, ce lundi 1er mars 2021, les premiers résultats de son enquête sur l’affaire portant « trafic de drogue, de cocaïne, complicité, vol, substitution et recel» contre un expatrié serbo-monténégrin et 7 autres guinéens. Huit (8) personnes ont été déférées dont 3 gendarmes, 3 policiers et 2 civils. Ces mis en cause sont inculpés pour « importation et transport international illicite de 100 plaquettes de cocaine et de complicité par fourniture des moyens».

Après l’éclatement de cette affaire de trafic de cocaïne, le doyen des juges d’instruction du Tribunal de Dixinn, Ousmane Koumbassa, avait mis en place, le 22 janvier 2021, une commission rogatoire regroupant l’Office centrale antidrogue (OCAD), la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), la Section de recherche PM3 de la Gendarmerie nationale, la Direction générale de la douane et la Préfecture maritime. Ces organismes ont été commis à l’effet de “procéder à des fouilles domiciliaires, perquisitions des personnes soupçonnées d’avoir participé en qualité d’auteurs, coauteurs ou complices à l’importation, au transport, au stockage de 100 plaquettes de cocaïne» placées sous scellé.

Le commissaire divisionnaire de police et porte-parole de la commission d’enquête a présenté, ce lundi 1er mars 2021, les résultats des investigations. Son explication est digne d’un scenario cinématographique à plusieurs épisodes dont les éléments centraux sont le coordinateur général des BAC et son adjoint.

« Le 28 janvier 2021, la commission d’enquête a procédé, à la Dpj, à l’identification, au pesage et à l’analyse de 9 sacs présentés en 2 lots par le directeur central de la police judiciaire sans aucun acte administratif judiciaire. Un premier lot de 6 sacs contenant 100 plaquettes mis à la disposition de la DPJ, le 14 janvier 2021, par le directeur général de la police nationale accompagné du coordinateur général des BAC (brigade anti-criminalité). L’analyse du lot a permis de constater que 69 plaquettes sont positives au test à la cocaïne et 31 autres sont fausses et ont fait l’objet de substitution», explique le commissaire Mamadou Masou Mansaré.

A l’analyse du second lot de 3 sacs contenant 77 plaquettes, mis à la disposition de la Dpj, le 23 janvier 2021, par le commandant adjoint de la Bac 10 sur instruction du coordinateur général des Bac, les enquêteurs ont trouvé «une plaquette fausse et qui a fait l’objet de substitution».

«En résumé, sur les 177 plaquettes des lots de 9 sacs, il se dégage ce qui suit : 145 plaquettes sont vraies d’un poids de 150,609 kg. Tandis que 32 plaquettes sont fausses et on fait l’objet de substitution pour un poids total de 36,139 kilogrammes. A l’entame de nos investigations, la commission d’enquête a constaté que les éléments de la Bac et ceux de la coordination générale des Bac avaient tenu la même version des faits dans la procédure transmise au Tribunal de Dixinn par le directeur central de la police judiciaire. Ils avaient fait état d’une saisie de 6 sacs et un vol de 3 sacs de drogue. Des auditions des témoins ainsi que des principaux mis en cause, il ressort ce qui suit :