AFRIQUE

Session Extraordinaire : Les Chefs d’Etats africains en conclave à Accra

La Conférence des Chefs d’Etat et de  de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réunie, en Session Extraordinaire, ce jeudi16 septembre 2021 à Accra, sous la présidence de S.E.M. Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président en exercice de la Conférence. Ce fut une occasion de faire lepoint de l’évolution de la situation politique en République de Guinée.

Plusieurs chefs d’états africains étaient présents à cette rencontre qui fut aussi l’occasion pour eux d_examiner les derniers développements de la Transition en République du Mali. Parmi les présidents présentent, on peut noter S. E. M. Roch Marc Christian KABORE, Président du Burkina Faso ;
S. E. M. Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire ;
S. E. M. Macky SALL, Président de la République du Sénégal et d’autres chefs d’états et représentants.

On pouvait aussi noter la présence de l’ancien Président de la République Fédérale du Nigéria et Médiateur de la CEDEAO en République du Mali ; et S.E.M. Mahamat Saleh ANNADIF, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest.

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont pris note du Rapport de la Mission de haut niveau, à la suite de la Session extraordinaire de la Conférence tenue le 8 septembre 2021 par visioconférence.

Durant leurs discussions ils ont salué la qualité des rapports soumis ainsi que la pertinence des recommandations qui y sont contenues.

A l’issue de ses délibérations, la Conférence a entériné les principales recommandations contenues dans le rapport de la Mission. Sur la Situation politique en République de Guinée

La Conférence réitère sa ferme condamnation du coup du 5 septembre 2021 et réaffirme son exigence pour la libération immédiate et sans condition du Président Alpha Condé.

Elle rappelle encore qu’elle tient les membres du Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) pour responsables individuellement et collectivement de l’intégrité physique du Président Alpha Condé. Ils appellent également le Comité National de Rassemblement et de Développement (CNRD) à œuvrer pour un retour rapide de l’ordre constitutionnel.

A travers cette rencontre plusieurs décisions ont été pris comme le maintien de la suspension de la Guinée de toutes les instances de la CEDEAO jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel ; la tenue, dans un délai de six (6) mois, des élections présidentielle et législatives avec la restauration de l’ordre constitutionnel. On peut aussi noter la mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers

La Conférence appelle l’Union Africaine, les Nations Unies ainsi que les partenaires au développement à endosser les décisions prises et à accompagner la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée.

A cet effet, la Conférence demande aux autorités de la transition de soumettre au plus tard à la fin du mois d’octobre 2021, le chronogramme devant conduire aux étapes essentielles pour les élections de février 2022. Elle insiste que seules les réformes nécessaires pour la tenue des élections à la date indiquée devraient être mises en œuvre.
Au terme la dernière chose qui a été demandée lors de la conférence, c’est la décision de sanctions ciblées contre tous ceux dont les actions impactent négativement sur le calendrier de la transition.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page