ACTUALITÉSJUSTICE - TRIBUNAUX - POLICE

Grève des travailleurs de la justice : Le tribunal d’instance suspend ses activités

En raison de l’appel à la grève par l’Union nationale des travailleurs de la justice (UNTJ), le tribunal d’instance de Dakar est fortement perturbé dans ses activités.

À cet effet, moins de personnes se présentent au tribunal où quelques procédures sont au ralenti, si elles ne sont à l’arrêt.

Ce mardi 28 mars vers 13 h, les couloirs sont déserts et un silence de cathédrale règne dans l’enceinte du palais de Justice de Dakar habituellement animée.

À l’entrée, on remarque moins de monde que d’habitude. Assis à même le sol, de jeunes garçons sont «déçus de devoir rentrer bredouilles». Parmi eux, Amadou Matar Sarr indique qu’il est ici ‘’depuis ce matin et à ma grande surprise,  ils ne sont pas là…».

Le jeune homme n’était visiblement pas au courant de la grève des greffiers. Il n’est d’ailleurs pas le seul. Beaucoup de femmes ignorent l’existence de la grève, de même que les raisons.

Selon une dame rencontrée, «ils retardent toutes nos procédures et nous sommes obligées de revenir un autre jour. Surtout avec cette chaleur, ce n’est pas évident avec le jeûne de devoir faire des va-et-vient sans avoir gain de cause».

Ainsi, des audiences sont reportées, le traitement de quelques dossiers est retardé et les justiciables ont du mal à obtenir des réponses à leurs requêtes habituelles.

Au tribunal d’instance, tout est bloqué, parce que «90 % des greffiers qui sont en grève sont du tribunal d’instance», selon les acteurs de la justice qui étaient présents.

De plus, «non seulement les greffiers sont absents, mais les agents de greffe font la grève aussi», nous signale-t-on.

Ce qui affecte les dossiers d’état civil, de divorce, de jugement de naissance, d’héritage, etc.

Par contre, le tribunal de grande instance ainsi que la cour d’appel sont opérationnels.

Nous rappelons que suite à la non-satisfaction de leurs revendications, l’Union nationale des travailleurs de la justice (UNTJ) avait annoncé une grève de 72 heures à partir de lundi 27 mars.

Cependant, le Syndicat des travailleurs de la justice (SYTJUST) a dénoncé un «flop» de ce mouvement d’humeur.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page