ECONOMIE

LA BCEAO PERFUSE ENCORE LE SECTEUR INTERBANCAIRE POUR 4764 MILLIARDS

Dans un souci de relance économique, en rapport à la crise sanitaire qui a fini d’administrer un coup KO aux économies, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) vient, en plus du premier guichet hebdomadaire d’injection de liquidités, d’ouvrir un guichet mensuel et un guichet spécial de refinancement des obligations de relance (ODR) pour des montants respectifs de 3 138 milliards, 1 621 milliards et 5,2 milliards. Pour sa dernière opération en date, elle a injecté 4 764 milliards, soit une hausse de 43,3%

N’ayant pas la possibilité de battre monnaie comme le font les Etats-Unis (Usa) ou encore l’Union européenne (Ue) à chaque fois que le besoin d’injection de liquidités se fait sentir pour relancer leurs économies respectives, lorsque celles-ci sont contractées, la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao), de son côté, en collaboration avec l’Agence Umoa-Titres refinance les économies des huit pays de l’Union économique monétaire ouest africain (Uemoa). Ce, en réalisant des opérations d’injection hebdomadaire de liquidités sur le marché interbancaire dans le respect des exigences de refinancement des économies et dont l’adjudication au taux d’intérêt est fixée à 2%. Ces mesures prudentielles de la Bceao visent à atténuer l’impact de la pandémie de la covid-19 sur le système bancaire et le financement de l’activité économique dans l’Union.

En date du 1er avril 2020, sur avis n°0005-04-2020, la Bceao avait invité les établissements de crédit à accorder aux entreprises et aux salariés affectés par les effets de la crise sanitaire et qui le sollicitent, un report d’échéances sur leurs prêts, pour une période de 3 mois renouvelable une fois, sans charge d’intérêt, ni frais, ni pénalité de retard.

Cette durée de report des échéances était prorogée jusqu’au 31 décembre 2020. Les créances qui demeurent affectées par les effets de la Covid-19 pouvaient alors être maintenues dans les créances saines pendant cette période et traitées comme telles dans leurs catégories respectives au plan prudentiel, recommandait l’institution bancaire. Inscrite dans sa logique, la Bceao évalue sur une base régulière l’impact de la pandémie et des mesures arrêtées pour y remédier, sur la situation financière et prudentielle des établissements de crédit.

C’est dans cette logique qu’il faut comprendre cette dynamique d’opérations d’open-market, ponctuée par une énième injection de liquidités réalisée le 9 août dernier. Une opération qui a débouché sur une allocation de 4 764 milliards de francs CFA de liquidités injectées dans le secteur interbancaire de l’Union. Lequel montant est ressorti en hausse de 43,3% comparativement à l’avant dernière injection de liquidités de 3 325 milliards de francs CFA en date du 2 août courant. Cet écart s’explique par l’ouverture simultanément de trois guichets de refinancement à savoir le guichet de refinancement hebdomadaire, mensuel et celui dédié au refinancement des obligations de relance (Odr) pour corriger rapidement les besoins de liquidités des établissements de crédit de l’Uemoa, contre l’unique guichet ouvert lors de sa précédente opération d’open-market.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page