People: Du nouveau dans le Procès de R. Kelly




Humiliations, avortement forcé et agressions sexuelles : une femme ayant vécu avec R. Kelly quand elle avait 17 ans raconte son calvaire devant la justice.

Après Jerhonda Pace, une autre femme fait un témoignage glaçant dans le cadre du procès du rappeur R. Kelly. À 23 ans, la victime dont l’identité n’a pas été dévoilée a fait le récit de sa relation de cinq ans avec la star, accusée d’exploitation sexuelle de mineures, d’extorsion, d’enlèvement, de corruption et de travail forcé. Alors lycéenne et aspirante chanteuse, elle l’avait accompagné en tournée, pendant laquelle il lui a fait subir de nombreux abus.

La femme, identifiée comme « Jane Doe », a déclaré avoir été victime de ces violences en 2015, alors qu’elle cherchait un mentor dans l’industrie de la musique. Mais l’adolescente se retrouve piégée au sein d’une « secte sexuelle abusive », selon la description des procureurs en charge du procès. Soumise à des règles instaurées par l’artiste auprès de ses « petites-amies », elle est régulièrement abusée. Comme cette fois où il la bat avec une chaussure ou lui transmet une maladie sexuelle, raconte-t-elle en pleurant. « Cet homme m’a volontairement transmis quelque chose qu’il savait qu’il avait », a-t-elle déclaré. « Il aurait pu contrôler la situation. » La jeune femme poursuit son témoignage avec plusieurs détails dérangeants. Comme avec d’autres femmes, R. Kelly lui dicte sa façon de s’habiller, ses relations et sa façon de faire ses besoins. Elle est régulièrement réprimandée, c’est-à-dire giflée ou isolée pendant des jours dans une pièce.

Le chanteur de 54 ans de « I Believe I Can Fly » a nié toutes les accusations selon lesquelles il se serait attaqué à six femmes au cours d’une carrière de 30 ans. Parmi elles, la défunte chanteuse Aaliyah. Ses avocats ont décrit les témoins comme étant des « groupies » voulant profiter de sa notoriété, toutes consentantes lors des rapports sexuels avec l’artiste. Le procès devrait durer plusieurs semaines et pourrait résulter en une peine à perpétuité, si tous les chefs d’accusation sont validés par la procureure Maria Cruz Mendez. Au minium, R. Kelly risque 10 ans d’emprisonnement.

Tout commence lors d’un concert à Orlando, pendant lequel l’adolescente attire l’attention de la star. À la fin du show, un membre de son équipe glisse le numéro de portable du chanteur dans sa poche. Alors impatiente de réaliser son rêve, « Jane Doe » entre en contact avec lui. Elle passe ensuite une audition face au rappeur dans une chambre d’hôtel à Disney World, rencontre pendant laquelle elle ment sur son âge. Alors âgée de 17 ans, elle dit être majeure quand il la questionne sur sa date de naissance. S’ensuit alors un acte sexuel initialement non consenti, avant lequel il affirme qu’il ne la laissera chanter uniquement si elle cède et lui promet qu’il « prendra soin d’elle pour la vie ».

Pendant toute la durée de leur relation, l’homme de 54 ans lui aurait fait subir de nombreuses humiliations sexuelles et même scatophiles. Quand elle doit reprendre le lycée à la rentrée 2015, elle avoue son âge au rappeur, qui s’arrange alors pour la garder auprès de lui. Il lui propose de suivre l’école à distance et de vivre à ses côtés à Chicago. Aujourd’hui âgée de 23 ans, la victime a déclaré que R. Kelly lui avait également ordonné d’avorter contre son gré en 2017.